Le magazine pratique Piscine, Spa, Bien-être, Outdoor

VOTRE PROJET

Étape 6 : UNE EAU SAINE

Par : Lucie Cluzan
La filtration
Au-delà de l’aspect structurel, une piscine c’est aussi tout un système de gestion de l’eau qui garantit sa qualité sanitaire. La filtration de l’eau d’une piscine est indispensable. Sans elle, l’eau est impropre à la baignade. Cette action mécanique élimine les particules insolubles et participe à environ 80 % de la gestion de l’eau.

Le cycle de l’eau
La masse d’eau du bassin circule dans un système hydraulique qui fonctionne en circuit fermé : l’eau est aspirée puis filtrée avant d’être renvoyée dans le bassin. Cette eau réinjectée débarrassée de ses impuretés est plus facile à désinfecter. Plus la filtration est efficace, moins les produits de traitement sont “sollicités”.
L’aspiration de l’eau en surface élimine une grande partie des déchets issus de la pollution aérienne, par les skimmers ou le principe de débordement. Une aspiration de masse en fond de bassin au point le plus profond brasse le volume de l’eau de façon homogène.

Les types de filtres
Concernant le filtre par lequel l’eau va être débarrassée des particules en suspension, il faut tout d’abord que sa dimension soit adaptée au volume du bassin, ainsi qu’à sa fréquentation. Plusieurs types de filtres sont disponibles.
Le filtre à sable est le plus employé du fait de son faible entretien et d’un très bon rapport qualité/prix. Il contient de la silice calibrée de deux granulométries, généralement. Sa finesse de filtration d’environ 30 microns peut être sensiblement améliorée, si besoin est, par l’ajout de floculant (de 15 à 10 microns).
En remplaçant le sable par de la zéolite, une pierre volcanique poreuse, la finesse de filtration est comparable à celle des filtres à diatomées. De même, le remplacement partiel ou total par du verre recyclé améliore les performances. Enfin, le charbon actif, placé dans la partie supérieure du filtre à sable, débarrasse l’eau des matières organiques et participe à sa clarification, grâce à son pouvoir d’adsorption.
Les filtres à cartouches et les poches filtrantes (15 à 20 microns) sont les plus simples d’utilisation, économiques en eau de rinçage, mais demandent une manipulation physique périodique et un remplacement des éléments filtrants régulier.
Le filtre à diatomées (1 à 3 microns), contient des toiles-support sur les-quelles se dépose une poudre d’algues microscopiques fossilisées. Ce filtre plus cher à l’usage, contribue à une eau cristalline et participe à une économie de produits de traitement. Une à plusieurs fois par an, selon que le filtre est surdimensionné ou non, il faut ouvrir la cuve et sortir les toiles-support pour les nettoyer à grands jets, voire les tremper dans un bain de détartrant, lorsque la pression ne redescend plus au manomètre du filtre.

Systèmes de désinfection
Ne l’oublions pas, l’eau de la piscine doit être désinfectée mais aussi désinfectante, c’est-à-dire apte à détruire les germes introduits par les baigneurs. Même propre, un adulte pollue à lui seul 6 m3 d’eau ! De multiples solutions existent aujourd’hui pour traiter l’eau de sa piscine.

• Le chlore en galets, pastilles, granulés, poudre, reste le plus usité des traitements.
• Le brome constitue une alternative naturelle au chlore. Ce produit naturel extrait de la mer est inodore. Contrairement au chlore, il agit encore lorsque le pH de l’eau est élevé.
• Le PHMB (polymère d’hexaméthylène biguanide). Cette molécule est un puissant désinfectant, fongicide, insensible aux UV, sans odeur, avec une longue durée d’action. En revanche, il flocule naturellement, ce qui le rend incompatible avec les filtres à diatomées. Il s’emploie avec du peroxyde d’hydrogène.
• L’oxygène actif est une alternative efficace qui rend l’eau non irritante et agréable pour la peau. Il s’emploie généralement combiné à un autre produit.
Ces traitements peuvent être effectués manuellement mais aussi automatiquement avec des appareils de régulation.
• L’électrolyse du sel, appelée parfois à tort “piscine au sel”, est un procédé par lequel l’eau du bassin légèrement salée passe dans la cellule d’un électrolyseur, raccordé sur le circuit de filtration. Par oxydation, le sel
est converti en chlore, en l’occurrence de l’hypochlorite de sodium.

D’autres systèmes de désinfection sont disponibles :
• l’ozonateur transforme par oxydation l’oxygène de l’air en ozone. L’utilisation d’un produit rémanent est nécessaire en complément.
• le traitement par rayons UV est assuré par un réacteur ultraviolet raccordé hydrauliquement en sortie de filtre. Un complément de produit rémanent est nécessaire pour rendre l’eau désinfectante entre deux passages dans le réacteur.

DÉCOUVREZ AUSSI...

©2017 Côté PISCINE | Tous droits réservés