Changer de traitement piscine : pourquoi, comment ?

30/08/2018

<![CDATA[[vc_row el_class= »post_type_layout »][vc_column][/vc_column][vc_row_inner el_class= »chapeau »][/vc_row_inner][vc_column_inner][/vc_column_inner][vc_column_text]

Délaisser son traitement pour un autre, c’est parfois tentant. Les raisons sont multiples et le changement peut être judicieux. À condition de respecter certaines précautions, l’évolution peut se faire facilement et en douceur.

[/vc_column_text][vc_column_text]

 

Les raisons de changer le traitement de sa piscine

• Le confort d’utilisation

Le passage d’un traitement à l’autre est dans la plupart des cas motivé par le souhait de simplifier les opérations et d’espacer les manipulations. Ce peut être :

– une solution dont le format de produit est plus facile et rapide à mettre en œuvre. C’est le cas des kits prédosés qui assurent le traitement de l’eau pour une période donnée, ou des galets de traitement à diffusion lente ;

– l’automatisation du traitement. Généralement, le passage se fait d’une méthode de traitement dite classique (brome, chlore) vers un électrolyseur ou un réacteur UV.

• Le bien-être

Il arrive parfois que les utilisateurs ne supportent plus le traitement qui est utilisé. Cela peut se manifester par des allergies, des odeurs devenues incommodantes ou irritantes. 

• L’écologie

La sensibilité écologique peut inciter l’utilisateur à se tourner vers des solutions considérées comme plus naturelles. On recherche alors un traitement réduisant la quantité de produits utilisés, moins énergivore… L’objectif est de faire entrer la piscine dans une dimension durable, en limitant l’impact sur l’environnement et en privilégiant des produits made in France. 

• L’économie

Une offre promotionnelle, une remise fidélité ou un prix tout simplement attractif… Autant d’arguments qui peuvent convaincre de changer de méthode de traitement lorsque l’on souhaite réduire le coût de fonctionnement de sa piscine.

 

Les possibilités et les incompatibilités

Dans la plupart des cas, il est très facile de passer d’un traitement à un autre. Il suffit soit de changer sa gamme de produit, soit d’installer un système d’automatisation.

Attention toutefois au PHMB, la solution de traitement la plus contraignante lors d’un changement. Incompatible avec le chlore et le brome, le PHMB nécessite une neutralisation totale du bassin, voire une vidange complète, sous peine de voir des taches indélébiles se former sur le revêtement.

[/vc_column_text][/vc_row][vc_row el_class= »fiche_technique »][vc_column width= »10/12″][vc_column_text el_class= »title_fiche_pratique_article »]

La particularité du PHMB

[/vc_column_text][vc_column_text]

Pour passer du PHMB au chlore/brome/électrolyse du sel :

   – attendre que le niveau de PHMB soit à zéro ;

   – dissoudre les dépôts de PHMB présents dans les canalisations en versant du pH+ en poudre dans les skimmers ;

   – vidanger complètement le bassin ;

   – renouveler totalement le média filtrant dans le cas d’un filtre à sable ;

   – mettre en œuvre le traitement.

Pour démarrer un traitement au PHMB :

   – neutraliser le chlore/brome avec un produit dédié ;

   – mettre en œuvre le traitement.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row el_class= »post_type_layout »][vc_column][/vc_column][vc_column_inner][/vc_column_inner][vc_column_text]
[/vc_column_text][vc_column_text]
 

Comment procède-t-on pour changer son traitement ?

• Attendre que le niveau de désinfectant soit au plus bas.

• Renouveler une partie du volume d’eau.

• Suivre les mêmes étapes que lors de la remise en route en
début de saison : équilibrage de  l’eau (pH, TAC, TH), nettoyage du bassin, floculation éventuelle…

• Bien nettoyer les appareils et récipients contenant les produits (flotteur, distributeur automatique type chlorinateur/brominateur, pompe doseuse, etc.).

• Renouveler la méthode d’analyse du désinfectant, que ce soit par bandelettes ou analyse colorimétrique.

[/vc_column_text][/vc_row][vc_row el_class= »fiche_technique »][vc_column width= »10/12″][vc_column_text el_class= »title_fiche_pratique_article »]

A ne surtout pas faire !

[/vc_column_text][vc_column_text]

• Mettre en contact physique les produits entre eux : s’ils peuvent être utilisés simultanément, les chlores stabilisés (organiques) et les chlores non stabilisés (inorganiques) ne doivent jamais se toucher.

• Verser de l’eau sur le produit : les galets/pastilles doivent se dissoudre dans l’eau.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row el_class= »next_read_bloc »][vc_column][vc_column_text]À lire également …[/vc_column_text][vc_basic_grid post_type= »post » max_items= »4″ element_width= »3″ item= »17947″ grid_id= »vc_gid:1535624415422-655f84f2-8054-0″][/vc_column][/vc_row]]]>

VOUS AIMEREZ AUSSI

Politique d’utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. En savoir plus