L’arrosage tendance pratique

    L’arrosage tendance pratique

    Et si vous automatisiez l’arrosage de votre jardin ? Accessible, ce dispositif efficace combine gain de temps et économie d’eau.

    Arrosage automatique (Gardena)

    Économique et durable

    L’automatisation de l’arrosage repose sur une utilisation raisonnée et intelligente de l’eau. Le système s’appuie sur la connaissance des besoins spécifiques des végétaux. En apportant à chaque plante la quantité d’eau nécessaire à sa croissance, on limite le gaspillage et la surconsommation.

    Du plus simple…

    Pour les plantes en pots et les massifs, l’arrosage automatique reste basique mais se révèle très vite rentabilisé. Pour un coût raisonnable (à partir de 100 Ä), l’apport est en effet considérable. Chaque plante reçoit la juste quantité d’eau, sans même avoir à y penser, suivant un rythme paramétrable régissant l’activité d’un programmateur.

    … au plus évolué

    Multiplication du nombre de lignes (parfois enterrées) alimentant goutteurs, asperseurs ou tuyaux goutteurs et poreux ; asservissement du programmateur à des mesures pluviométriques et hygrométriques ; personnalisation totale des programmes ; etc. L’installation d’arrosage peut devenir sophistiquée et intelligente. L’objectif est de prendre en charge un grand nombre de végétaux (et donc une grande surface) tout en répondant spécifiquement à leurs besoins en eau.

    Efficacité augmentée

    Plus souvent mais moins longtemps, avec la quantité adaptée… L’arrosage gagne en efficacité et les plantes en vitalité. L’arrosage devient localisé : l’eau est amenée directement au pied des plantes. Cela favorise l’infiltration, limite le ruissellement et élimine l’arrosage intempestif des allées, des bâtiments ou encore des espaces entre les plantations éparses. D’autre part, l’automatisation de l’opération la rend plus pertinente. En programmant les cycles la nuit, le phénomène d’évaporation est considérablement réduit tandis qu’en augmentant la fréquence d’arrosage, la pénétration de l’eau dans le sol est améliorée. Les plantes peuvent s’alimenter plus facilement et plus longtemps.

    Économe, pas radin

    L’un des objectifs de l’arrosage automatisé est de limiter les gaspillages, mais le risque peut être de sous-alimenter les plantes.
    Le principal point critique concerne les fins de lignes qui doivent pouvoir distribuer une quantité d’eau suffisante. Il faut donc connaître la pression et le débit disponibles en sortie de robinet. Cette variable détermine la longueur maximale du réseau et le nombre de diffuseurs supportés.
    Attention également à ce que l’arrosage ne soit pas trop ponctuel. Cela aurait un effet pervers sur les racines qui seraient trop concentrées.

    A la une