Maîtriser les degrés de sa piscine

30/11/2019

Maîtriser les degrés de sa piscine

En un coup d’œil, devenez expert de la température de l’eau.

(Re)découvrez les éléments qui peuvent chauffer ou refroidir votre piscine pour vous baigner sans greloter !

Pensez global !

Le cadre dans lequel s’intègre un bassin est un élément déterminant dans l’élaboration d’un bilan thermique. La température de l’eau est en effet directement liée aux variations de son environnement. Il est donc important d’évaluer l’apport calorifique naturel et les déperditions énergétiques pouvant affecter le bassin.

La localisation géographique est une donnée majeure incluant les notions d’altitude, de zone climatique et d’orientation. Elle conditionne le degré d’ensoleillement, l’exposition aux vents dominants et les températures moyennes. L’ensemble de ces paramètres détermine la nature des échanges entre le bassin et son environnement et constitue donc une variable prépondérante du bilan thermique.

Il est donc important, en amont de la construction d’une piscine, de veiller à optimiser l’exposition dont elle pourra bénéficier. L’idéal est de profiter le plus longtemps possible du rayonnement solaire tout en étant protégé au mieux du vent. Il convient cependant de garder à l’esprit que l’élément le plus discriminant demeure le taux d’ensoleillement : une piscine du pourtour méditerranéen, même mal exposée, aura certainement un bilan thermique plus avantageux qu’un bassin situé dans le nord de la France.

Attention : Ils refroidissent votre piscine

Le rayonnement

Au contact de l’air, plus froid, la surface de l’eau se refroidit. Ce processus est amplifié la nuit à cause du différentiel de température plus important.

On parle de contre-rayonnement nocturne : la piscine restitue à ce moment-là une partie de l’énergie emmagasinée 
la journée.

La convection

Le vent, en agitant la surface de l’eau, amplifie les pertes par rayonnement et accélère ainsi le refroidissement du bassin.

L’évaporation

Aussi surprenant que cela puisse paraître, lorsqu’une partie de l’eau s’évapore sous l’effet d’une forte chaleur et du soleil, cela entraîne en surface une baisse de la température. Cette curiosité physique s’explique par l’enthalpie, le fait que ce changement d’état consomme de l’énergie, et donc de la chaleur.

Faites le niveau

Il n’y a pas que le volume d’eau qui influence le bilan thermique : ses variations impactent la température du bassin et donc les besoins en chauffage. Lorsque le niveau varie, il y a forcément des pertes de degrés par renouvellement. En effet, que le volume baisse (il faut alors rajouter de l’eau, nécessairement plus froide) ou qu’il monte (suite à des précipitations), la conséquence est identique : l’apport extérieur génère une baisse de la température de l’eau.

Couvrez avant de chauffer

Avant toute autre réflexion, il faut répondre à cette question : est-ce que je limite au mieux le refroidissement de ma piscine ? Vous n’aurez en effet que peu de chances de profiter d’une eau chaude si tout le bénéfice du chauffage s’évapore la nuit venue.

La présence d’un système de couverture doit donc être la base de tout projet de chauffage. Volet, abri, couverture (y compris à bulles) : ce sont vos meilleurs alliés dans votre quête de degrés. Outre leur capacité à préserver la température de la piscine en réduisant les phénomènes de rayonnement et de convection, ils maintiennent le niveau d’eau en limitant l’évaporation.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Politique d’utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. En savoir plus